Publié le Laisser un commentaire

Sport ou Alimentation pour perdre du poids ?

Dans cet article, je discute avec vous de LA question que tout le monde se pose

Pour perdre du poids, vaut-il mieux faire une diète ou aller à la salle de sport ?

L’alimentation pour perdre du poids ?

Comme pour beaucoup de choses, c’est un peu des deux. La vraie question consisterait plutôt à savoir quel cocktail est le plus efficace. Vous avez une idée ?

En fait, une perte de poids provient à 80% de votre alimentation et 20% de votre pratique sportive. Alors bien sûr, on peut argumenter sur les pourcentages exacts mais la tendance est claire !

Surveiller son alimentation est, en effet, bien plus efficace que le sport en lui-même pour perdre du poids car il sera nécessaire de pratiquer une énorme quantité de sport pour créer un déficit calorique significatif sur votre journée.

De plus, il faudrait répéter l’exercice chaque jour de la semaine pour observer un effet sur votre balance. Et c’est là que le bas blesse. Il est en effet très difficile de garder un tel rythme, surtout sans augmenter la quantité de nourriture.

C’est pourquoi il est important de se concentrer d’abord sur l’alimentation quand on cherche à perdre du poids. Mais même s’il est plus simple de créer un déficit calorique via l’alimentation qu’avec le sport, je doute que vous souhaitiez réduire drastiquement votre alimentation. C’est donc en combinant une activité sportive avec une alimentation équilibrée que l’on arrive à la solution optimale.

Le sport pour perdre du poids ?

Gardez encore à l’esprit que le corps tend à résister à la perte de poids quand vous commencez à manger moins. Il s’agit d’un mécanisme de survie par lequel votre métabolisme ralentit. Vous voyez où je veux en venir, non ? Le sport vous permet effectivement d’augmenter votre métabolisme à un niveau suffisant pour continuer à perdre du poids (en particulier grâce à la musculation, vos séances devraient donc inclure du cardio et de la musculation).

Conclusion

En conclusion, votre alimentation importe plus que votre pratique sportive. Mais seule la combinaison d’une alimentation équilibrée avec une activité sportive vous permettra d’atteindre vos objectifs de manière durable.


Cet article t’a plu ? N’hésite pas à me laisser un commentaire et à le partager ! 
Pour plus de conseils et d’astuces tu peux me suivre sur ma chaine YouTube et au quotidien sur Instagram ! Tu peux aussi nous rejoindre dans le groupe facebook maviedecriquet où la Team partage tous les jours ses recettes, conseils et avancés !


À bientôt,
Noémie

Publié le Laisser un commentaire

Mes 5 conseils pratiques pour une alimentation saine au quotidien

Dans cet article, je partage avec vous mes meilleurs conseils pour améliorer votre alimentation au quotidien sans prise de tête !
Des gestes simples qui vont transformer votre manière de manger et booster votre consommation en nutriments essentiels comme les minéraux, vitamines, fibres et antioxydants.

Conseil #1 : On mange avec les yeux 

Quand on a des beaux fruits bien mûrs et des légumes colorés sous les yeux, ça aide à faire les bons choix et à avoir envie de bonnes choses bien saines.
C’est tout simple mais ça fonctionne. Si la corbeille à fruits est vide, on ne peut tout simplement pas en manger et nous pourrions être tentés de nous rabattre vers d’autres encas moins sains ! 

Conseil #2 : On boit assez

Quand on est assis toute la journée à un bureau, il est toujours utile d’avoir une carafe d’eau à portée de main. 
Si on est très pris par le travail ou si le bureau est climatisé, on a tendance à ne pas ressentir la soif. Mais il est important de bien s’hydrater, pas seulement en été. 
Vous resterez ainsi mieux concentré sur votre tâche, moins fatigué et vous serez moins tenté de grignoter. En effet, on confond souvent la soif avec la faim…
Avec une bouteille d’eau sous les yeux, on boit beaucoup plus ! La bouteille nous indique aussi quelle quantité on a déjà bu. C’est aussi l’occasion de booster sa consommation en vitamines et antioxydants. 
Si on est à la maison, on peut ajouter quelques rondelles de citron et des feuilles de menthe. Si on est au bureau, on peut avoir des tisanes en sachets qu’on va laisser infuser à froid. En été, j’aime bien la tisane de thym froide. Une vraie plante détox avec une action très favorable sur la digestion et pleine d’antioxydants.

Conseil #3 : On améliore ses plats

Vous adorez les tartines à la purée d’amandes ou de cacahuètes au petit déj’ ? Oui c’est délicieux. Et même si ces purées sont très riches (1 cs fait 100 kcal…oui quand même), elles contiennent de bons nutriments: des protéines, des bonnes graisses, des vitamines et des minéraux.
Ces purées sont donc très nutritives mais on peut encore améliorer la situation en ajoutant un ingrédient. À votre avis, quel est cet ingrédient ? 
Ce sont les graines bien sûr ! En effet, les graines offrent une combinaison vraiment unique de nutriments et d’antioxydants. Les graines sont tout aussi riches que les purées de noix, nous n’aggravons ainsi pas la situation. En revanche elles apportent d’autres vitamines, des minéraux ou par exemple des fibres qu’on trouve en quantité beaucoup plus limitée dans les noix.
Ma recette de purée améliorée  – Ingrédients: 1/3 de purée de cacahuètes+ 2/3 d’un mélange de graines à choix (tournesol, chanvre, lin, chia, sésame, courge, etc).  – Préparation : Mixer grossièrement le mélange de graines, ajouter la purée et mélanger, tartiner sur une tranche de pain, conserver au frais.
Ce n’est bien sûr qu’un exemple pour illustrer comment on peut améliorer sa consommation en nutriments essentiels pour notre organisme avec des petits gestes simples.

Conseil #4 : On choisit des super-aliments

Dans nos régions, les baies sont l’une des meilleures sources d’antioxydants. Ces micro-nutriments sont vraiment excellents pour la santé. Ils agissent sur le vieillissement des cellules de l’organisme, notamment la peau et les yeux et notre immunité en général. 
Les fruits rouges sont un aliment que je trouve idéal parce qu’on peut les manger à tous les repas, aussi bien au petit-déjeuner que dans une salade. Il n’y a vraiment pas de limite à leur utilisation! 
Ils n’ont qu’un seul inconvénient, à savoir que la saison ne dure pas longtemps. Mais plutôt que d’attendre une année pour que la saison revienne ou acheter des fruits qui viennent de l’autre bout de la planète, je préfère acheter des surgelés! 
Saviez-vous que les produits surgelés contiennent souvent plus de nutriment que les produits frais? 
En effet, la plupart des fruits et des légumes frais qu’on retrouve dans le commerce sont cueillis longtemps avant qu’ils ne soient mûrs pour leur permettre de tenir pendant le transport. 
Cela signifie qu’ils ont eu moins de temps pour développer tous leurs nutriments naturellement : moins de vitamines, de minéraux et d’antioxydants. C’est dommage, non ?
En revanche, les fruits qui sont destinés à être congelés sont cueillis à leur maturité maximale, lorsqu’ils sont les plus nutritifs. 
Bref, les fruits rouges sont super riches en antioxydants ; alors d’une façon ou d’une autre intégrez ces petits bijoux dans vos repas et collations aussi souvent que possible 🙂
Dans ce conseil, qui en contient en fait deux si l’on tient compte de l’intérêt pour les surgelés, je vous parle des fruits rouges à titre d’exemple, car il existe d’autres super-aliments comme les légumes verts crucifères (le fameux chou kale), l’ail ou le gingembre.

Conseil #5 : On assaisonne !

Cannelle, clou de girofle, menthe, origan, thym, romarin, estragon,…
Toutes ces délicieuses épices donnent de belles saveurs à nos plats. Mais ce n’est pas tout, les épices vont aussi rendre nos aliments bien plus sains parce que ce sont notamment d’excellentes sources d’antioxydants. Mais il y plein d’autres bienfaits en plus des antioxydants. 
Par exemple:  – La cannelle va avoir un impact positif sur la glycémie, – Des études sont en cours sur les effets de la sauge contre la maladie d’Alzheimer, – Le curcuma possède des vertus anti-inflammatoires, – le poivre de Cayenne a une action sur l’appétit, – le romarin peut réduire certaines allergies.
Bon je m’arrête là. Vous avez compris que les épices ne sont pas là uniquement pour leur goût!
Le grand champion, la palme de la meilleure source d’antioxydants parmi les épices revient au clou de girofle.

Pour terminer, je vous donne encore une petite astuce au sujet des herbes aromatiques : On peut congeler les herbes fraiches pour prolonger leur durée de conservation. Cela nous permet à la fois de préserver leurs bienfaits et de réduire le gaspillage car il n’y a rien de plus frustrant que d’acheter un bouquet d’herbes fraiches et se rendre compte qu’elles ne sont plus bonnes quand on en a besoin pour notre recette. Je suis sûre que ça vous est aussi déjà arrivé !

Cet article t’a plu ? N’hésite pas à me laisser un commentaire et à le partager ! 


Pour plus de conseils et d’astuces tu peux me suivre sur ma chaine YouTube et au quotidien sur Instagram ! Tu peux aussi nous rejoindre dans le groupe facebook maviedecriquet où la Team partage tous les jours ses recettes, conseils et avancés !
À bientôt,
Noémie

Publié le Laisser un commentaire

5 raisons qui peuvent vous empêcher de perdre du poids avec un régime végan

La plupart des gens ont tendance à associer l’alimentation végane avec un corps svelte et sain. Et la science confirme cette idée. Dans une étude portant sur près de 40 000 adultes, des chercheurs de l’Université d’Oxford ont constaté que les mangeurs de viande avaient les IMC les plus élevés et les végétaliens les plus bas. Les végétariens et semi-végétariens se situaient quelque part entre les deux (lien). Mais de nombreuses personnes ne perdent pas de poids après avoir supprimé les produits d’origine animale, et certaines prennent même du poids. 

Dans cet article, je vous parle de cinq raisons courantes pour lesquelles cela se produit. Nous verrons également comment les éviter, afin que vous puissiez profiter des avantages du véganisme en matière de santé et de perte de poids.

#1 Vos portions sont trop grosses

Les aliments sains – y compris les légumes, les fruits, les céréales complètes, les noix, les graines et l’avocat – contribuent à notre bien-être et notre santé. 
Aussi bons que ces nutriments puissent être, nous ne pouvons toutefois pas les consommer de manière illimitée. 
La quantité de nourriture dont notre corps a besoin dépend de différents facteurs comme notre âge, notre sexe, notre corpulence et notre niveau d’activité physique. Un homme jeune, grand et actif a, par exemple, besoin d’un apport énergétique nettement plus importants qu’une femme plus âgée, menue et sédentaire.
La plupart du temps, on ne perd pas de poids parce que la taille de nos portions dépasse nos besoins en énergie. Tout simplement ! 
Manger un grand bol d’açaï au petit-déjeuner, contenant plusieurs portions de fruits, des noix, des graines et du beurre d’oléagineux, c’est est très sain! Mais c’est surtout très riche. Trop riche, si on se rend ensuite au travail en voiture et puis on reste assis à son bureau toute la matinée… 
En voulant manger de manière saine, on perd parfois de vue l’essentiel, à savoir qu’il faut rester à l’écoute de son corps et de ses sensations. C’est la seule manière de sentir la satiété et d’adapter la taille des portions.

#2 Vous ne consommez pas assez de protéines

Manger une quantité adéquate de protéines est essentiel pour maintenir sa masse musculaire et son métabolisme. Même s’il est tout à fait possible de satisfaire nos besoins quotidiens en protéines avec un régime à base de plantes, quelques petites astuce peuvent toutefois être bien utiles.
Un adulte en bonne santé a besoin d’environ 60 g de protéines par jour. Pour être précise, l’apport recommandé s’élève à 0.8 g de protéine par kilo de poids corporel.
Un changement d’alimentation important comme le fait d’abandonner les produits d’origine animale perturbe nos repères. Notre consommation en macro-nutriments peut s’en trouver bouleversée sans que l’on s’en rende vraiment compte parce que nous utilisons des nouveaux aliments que nous connaissons moins bien. Une carence en protéines peut alors apparaître. 
Différents signes peuvent nous alerter sur une possible insuffisance, à savoir des fringales, des troubles du sommeil ou de la concentration, la perte de cheveux ou des ongles cassants.
Les sources de protéines végétales les plus riches sont les produits à base de soja (tofu, tempeh, edamame), le seitan (protéines de blé) et les légumineuses.
Pour assurer une consommation suffisante en protéines, pensez à inclure davantage de légumineuses dans vos repas pour remplacer ou compléter la portion habituelle de céréales. En effet, les légumineuses contiennent environ 2x plus de protéines que des céréales comme le quinoa ou le riz complet. Vous pouvez aussi booster l’apport en protéines de vos plats de légumes et de vos salades avec des graines de chia, de lin ou de chanvre. 

#3 De mauvais horaires

Que vous soyez végétalien ou omnivore, l’heure des repas peut avoir un impact important sur votre tour de taille. De nombreuses personnes prennent leur plus gros repas le soir, au moment où elles sont le moins actives et peu de temps avant d’aller au lit. 
Afin de respecter votre rythme biologique et optimiser votre dépense énergétique, il est recommandé de prendre les repas les plus copieux plus tôt dans la journée, afin qu’ils alimentent vos heures les plus actives de la journée.
Se priver de nourriture toute la journée et s’empiffrer le soir est une « recette » sûre pour prendre du poids, même si vous êtes végan. 
Essayez de passer à des repas du soir légers mais rassasiants, comme des légumes sautés et des pois chiches avec un filet d’huile d’olive.

#4 La malbouffe à base de plantes

Les plats préparés, les desserts et les collations avec le label « vegan » peuvent non seulement être riches en calories, mais ils sont souvent fabriqués avec de la farine raffinée et du sucre ajouté. Ils sont généralement dépourvus de nutriments et de fibres. Bref, c’est de la malbouffe végan !
S’ils peuvent servir de friandises occasionnelles, leur consommation régulière est aussi nuisible que la malbouffe ordinaire…
Remplacez les produits végétaux transformés par des produits frais. Optez pour des fruits de saison et du chocolat noir pour satisfaire une envie de sucré, et pour des légumes crus avec du houmous ou du guacamole pour une envie de salé.

#5 Les calories liquides

Il existe de nombreuses boissons commercialisées spécialement pour les consommateurs végan qui sont prêts à payer plus cher. Il y a par exemple le kombucha, les jus, les smoothies, l’eau de coco ou les cafés cold brew au lait d’amandes, pour n’en citer que quelques-unes. Un large choix qui vous permet juste de siroter sans le savoir des centaines de calories supplémentaires au quotidien.
Ma règle d’or est la suivante : Si ce n’est pas de l’eau ou du thé non sucré, votre boisson doit compter comme faisant partie du repas : Un smoothie pour accompagner une salade revient en fait à manger deux salades… 
Notre cerveau n’est tout simplement pas capable de tenir compte des calories provenant des boissons. Pour cette raison, examinez attentivement les ingrédients, les valeurs nutritives et la taille de la boisson, afin de déterminer si elle est adaptée aux besoins de votre corps. Dans bien des cas, la quantité de sucre sera rédhibitoire.


En conclusion, le choix d’une alimentation végane ne vous dispense pas de suivre les préceptes d’une alimentation équilibrée. Par ailleurs, un peu de bon sens vous permettra d’éviter tous les pièges marketing des produits qui affichent ce fameux label « vegan » !

Pour en savoir plus sur l’alimentation vegan, tu peux regarder cette vidéo YouTube; je te donne des recettes et conseils sur l’alimentation végétalienne 🙂


Cet article t’a plu ? N’hésite pas à me laisser un commentaire et à le partager ! 


Pour plus de conseils et d’astuces tu peux me suivre sur ma chaine YouTube et au quotidien sur Instagram ! Tu peux aussi nous rejoindre dans le groupe facebook maviedecriquet où la Team partage tous les jours ses recettes, conseils et avancés !
À bientôt,
Noémie

Publié le Laisser un commentaire

Les différents modes de cuisson des aliments

Quel mode de cuisson choisir ?

La cuisson affecte l’absorption des nutriments et la manière dont on digère la nourriture.

Cet article explore l’impact des différentes méthodes de cuisson sur la qualité de notre alimentation. Nous verrons aussi quels sont les modes de cuisson qui préservent le mieux les nutriments.
Pour commencer, rappelons-nous que la chaleur transforme les aliments que l’on mange et détruit certains composés, ce qui est à la fois une bonne et une mauvaise chose. 
En effet, la chaleur élimine les bactéries. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on a commencé à cuire certains aliments, en particulier la viande. Mais au passage la chaleur détruit certaines vitamines et minéraux.

Pour cette raison, on va généralement préférer une cuisson rapide à une cuisson longue et éviter une température de cuisson trop élevée.

La cuisson à la vapeur douce

Sans conteste l’un des modes de cuisson les plus intéressants dans la mesure où il permet de préserver la qualité nutritionnelle, la saveur et la texture des aliments. 
Il s’agit d’une cuisson réalisée dans un cuit-vapeur spécial qui permet de cuire les aliments à une température qui ne dépasse pas 100 °C, un seuil clé qui permet de préserver la plupart des nutriments. 
Ce mode de cuisson convient bien sûr aux légumes, mais aussi à la volaille ou au poisson.
A ceux qui diront que la cuisson vapeur donne un goût fade aux aliments, je répondrai simplement qu’il suffit d’assaisonner votre plat. Par rapport aux autres modes de cuisson, l’assaisonnement n’intervient pas durant la cuisson mais après la cuisson. C’est tout. 😉

La cuisson au wok

Avec la vapeur douce, la cuisson au wok est un autre mode de cuisson sain. 
Bien que la température soit élevée, la durée de cuisson est très courte. On n’utilise pas d’eau et très peu de matière grasse. 
Grâce à cette technique de cuisson sans eau, on préserve certains nutriments comme la vitamine B. Et l’adjonction limitée de matière grasse améliore l’absorption des nutriments essentiels tels que les antioxydants.
Une étude a par exemple établi que l’absorption du beta-carotène, un puissant antioxydant, était 6.5x plus importante lorsque des carottes avaient été cuites de cette manière par rapport à des carottes crues (lien étude).

La cuisson à l’eau

À l’opposé du wok et de la vapeur douce, il y a la cuisson à l’eau, un mode de cuisson long où les aliments baignent de surcroît dans un liquide bouillant. Une partie des nutriments va alors se retrouver dans l’eau de cuisson et d’autres seront malheureusement détruits par la chaleur et l’eau. 
Certaines vitamines sont en effet hydrosolubles. Cela signifie qu’elles s’échappent dans l’eau de cuisson. La température va par ailleurs dégrader certains nutriments. La perte peut atteindre dans certains cas jusqu’à 40%
Pour limiter ce « gaspillage », il existe quelques astuces :

  1. Limiter la quantité d’eau
  2. Limiter le temps de cuisson
  3. Éviter les hautes températures
  4. Réutiliser l’eau de cuisson (bouillon, fond de soupe, etc)
  5. Saler légèrement l’eau de cuisson pour éviter la perte de minéraux

La cuisson au micro-onde

Les experts divergent sur le sujet. Il n’existe pas encore un consensus définitif sur le sujet malgré le fait que cette technologie existe depuis de nombreuses années.
Il est un fait positif et non discutable en faveur de la cuisson au micro-onde, à savoir que le temps de cuisson est extrêmement court ! Très pratique, par ailleurs.

La cuisson au four

Une cuisson longue et des température élevée altèrent de manière parfois significative la qualité des aliments. A limiter, donc. Ce constat est aussi valable pour la cuisson en papillote.
Dans ce rapide tour d’horizon des différents modes de cuisson, je n’ai pas évoqué le grill ni la friture car nous connaissons déjà les dangers et les risques particuliers liés à ces deux méthodes (fumées et substances toxiques et cancérigènes).

Conscients de ces risques, on peut quand-même apprécier une grillade ou des frites de temps en temps !



Comme nous l’avons vu, le choix du mode de cuisson peut altérer la qualité nutritionnelle des aliments de manière significative. D’autres facteurs vont aussi entrer en ligne de compte et feront certainement l’objet d’un prochain article. 
Quoi qu’il soit, il est important de privilégier les modes de cuisson qui permettent de préserver au mieux les nutriments. Ponctuellement, on pourra bien entendu se permettre des cuissons moins saines, mais il faut garder un bon ratio. 😉


Cet article t’a plu ? N’hésite pas à me laisser un commentaire et à le partager ! 


Retrouve encore plus de conseils et d’astuces sur ma chaine YouTube et au quotidien sur Instagram ! Tu peux aussi nous rejoindre dans le groupe facebook maviedecriquet où la Team partage tous les jours ses recettes, conseils et avancées !


À bientôt,
Noémie

Publié le Laisser un commentaire

Les 10 fruits les plus sucrés et les plus caloriques (partie 2/2)

Riches en fibres, en vitamines, en minéraux et en antioxydants, les fruits frais sont un des maillons essentiels d’une alimentation saine et équilibrée.
Pourtant tous les fruits ne se valent pas. Certains contiennent par exemple plus de sucre ou de calories que d’autres. D’autres ne conviendront pas aux personnes souffrant de maladies comme le diabète ou de troubles digestifs. Il sera alors important d’en limiter la consommation. 
Cet article, composé de deux parties (retrouver la première partie ici (lien), s’intéresse justement aux fruits les plus sucrés et les plus caloriques, ainsi qu’à ceux dont il faudrait limiter la consommation en cas de diabètes, d’acidité ou de troubles digestifs.


Les avocats

L’avocat a un profil nutritionnel très intéressant. Il contient de nombreux minéraux et vitamines indispensables à notre organisme. 
Une des particularités de l’avocat réside dans sa forte teneur en acides gras mono-insaturés. Ces lipides sont excellents pour la santé. Mais ils sont aussi très riches. Un avocat contient environ 400 kcal. Pour cette raison, on surveillera sa consommation.

Les noix de coco

La noix de coco est aussi un fruit très calorique. Mais à la différence de l’avocat, ses lipides ne sont pas d’aussi bonne qualité. 
Afin de varier les plaisirs, on pourra ainsi remplacer de temps en temps la coco râpée par des fruits rouges sur votre muesli par exemple.

Les agrumes

La famille des agrumes (citron, pamplemousse, orange, etc) est l’une des meilleures sources de vitamine C qui soit, pour ne citer qu’un seul de leurs bienfaits.
Malheureusement il y a un revers à la médaille. En effet, ces fruits sont très acides et peuvent indisposer les personnes ayant une digestion sensible. 
Par ailleurs, les oranges sont tellement acides qu’elles attaquent l’émail dentaire. Il est recommandé de se rincer la bouche après avoir mangé des oranges ou de boire un jus d’orange avec une paille pour protéger ses dents.

Les tomates

Bien que les tomates soient généralement utilisées en cuisine comme un légume, ce sont techniquement des fruits
Comme les agrumes, les tomates contiennent certains composés actifs irritants qui peuvent affecter les personnes ayant des troubles digestifs. 
Un de ces composés irritant est la solanine. A faible dose, cette toxine est généralement inoffensive. Néanmoins, je vous recommande d’enlever le pédoncule et d’ôter les parties pas mûres – vertes pour éviter tout risque.

Le sucre ajouté aux fruits

Que se soit sous forme de conserves de fruits en sirop, de jus de fruits, ou de fruits candy, le fait d’ajouter du sucre à un aliment déjà sucré n’apporte aucun avantage nutritionnel. C’est même tout le contraire, à plus forte raison que les sucres ajoutés sont souvent de mauvaise qualité. 
Ce sont les seuls produits mentionnés dans cet article que je vous recommande d’éviter car ils existent des alternatives plus saines et tout aussi savoureuses. Remplacez les conserves au sirop par des conserves à l’eau ou au jus de fruit sans sucre ajouté. Au jus de fruit industriel, préférez un jus de fruit minute, ou mieux encore mangez un fruit frais. À la place d’un fruit candy, pourquoi ne pas se régaler avec un fruit sec ?


Vous l’avez compris, mon message est destiné à toutes celles et ceux qui consomment des fruits en très grande quantité en pensant que ce sont des aliments sains et qu’on peut en manger autant que l’on veut. Eh bien, non! Cela ne fonctionne pas ainsi.
Les fruits sont d’excellentes sources de vitamines, de minéraux, de fibres et d’antioxydants. Ces sont des aliments très importants pour notre organisme. 
Consommés en quantité excessive, les fruits peuvent toutefois avoir des effets négatifs sur votre digestion, sur votre glycémie, voire même sur votre poids lorsque l’apport calorique total est trop élevé par rapport à vos besoins. 
La plupart des fruits frais, pas ou peu transformés, ont tout à fait leur place dans une alimentation variée et équilibrée. Il convient simplement de ne pas abuser des bonnes choses et tout se passera bien. 😉


Cet article t’a plu ? N’hésite pas à me laisser un commentaire et à le partager ! 


Retrouve encore plus de conseils et d’astuces sur ma chaine YouTube et au quotidien sur Instagram ! Tu peux aussi nous rejoindre dans le groupe facebook maviedecriquet où la Team partage tous les jours ses recettes, conseils et avancés !


À bientôt,
Noémie

Publié le Laisser un commentaire

Les 10 fruits les plus sucrés et les plus caloriques (partie 1/2)

Riches en fibres, en vitamines, en minéraux et en antioxydants, les fruits frais sont un des maillons essentiels d’une alimentation saine et équilibrée.
Pourtant, tous les fruits ne se valent pas. Certains contiennent par exemple plus de sucre ou de calories que d’autres. D’autres ne conviendront pas aux personnes souffrant de maladies comme le diabète ou de troubles digestifs. Il sera alors important d’en limiter la consommation et d’être sélectif. 
Cet article s’intéresse justement aux fruits les plus sucrés et les plus caloriques, ainsi qu’à ceux dont il faudrait limiter la consommation en cas de diabètes, d’acidité ou de troubles digestifs.


Les fruits secs

Les fruits secs sont un snack très apprécié et très pratique parce qu’on peut les emporter partout avec soi pour une collation healthy à l’école, au bureau, à la salle de sport ou en balade. On les utilise aussi comme sucrant naturel dans certaines recettes. 
Tous les fruits ou presque peuvent être séchés. Les plus communs sont la pomme, l’abricot, le raisin, la figue et la mangue.
Par ailleurs, les dattes sont réputées pour leur saveur très douce, proche du caramel. Bien qu’elles contiennent de nombreux minéraux et antioxydants, une raison souvent évoquée pour laquelle on consomme des dattes réside dans leur forte teneur en fibres (7g pour 100g). Le pruneau sec est aussi un fruit recherché pour ses fibres (16g pour 100g)
S’ils sont de bonnes sources de nombreux nutriments excellents pour la santé (minéraux, antioxydants et fibres), les fruits secs sont généralement beaucoup plus riches et contiennent plus de sucre que les fruits frais correspondants. En fait, c’est tout à fait normal car si l’on enlève l’eau d’un fruit, il reste principalement du sucre.
En raison de cette quantité importante de sucre, il est préférable de les consommer avec modération pour profiter de leurs bienfaits et en éviter les inconvénients.
C’est peut-être évident pour certains mais rappelons-nous que les fruits ont initialement été séchés pour prolonger leur conservation. Dans un monde globalisé où on trouve des produits frais à n’importe quelle saison, c’est un rappel qui me semblait nécessaire. 😉


Les bananes

Amie du sportif, la banane est un fruit versatile. 
Si vous êtes de grands consommateurs de bananes bien mûres, un rappel s’impose. En effet, le bon amidon que l’on trouve dans les bananes peu mûres se transforme progressivement en sucre à mesure que le fruit mûrit. La banane devient ainsi de plus en plus sucrée. 
En raison de cette proportion importante de glucides, on peut accompagner la banane d’aliments qui apportent des lipides et des protéines, comme une poignée d’oléagineux ou un œuf par exemple, afin d’équilibrer l’apport nutritionnel de votre collation
Sinon, je peux aussi vous recommander de varier les plaisirs avec une pomme de temps en temps pour remplacer ponctuellement ces bananes bien mûres.
Pour plus d’information sur la banane, je vous invite à découvrir l’article que j’avais consacré à ce fruit (lien).


Les litchis

Ce fruit tropical est apprécié pour son aspect particulier et son goût unique.
Il contient plusieurs micro-nutriments très importants pour notre organisme comme le potassium. Mais il aussi une forte teneur en sucre, ce qui pourrait retenir les personnes surveillant leur consommation de sucre.
Bien que le risque soit très faible dans nos régions où ce fruit ne pousse pas à l’état naturel, il faut néanmoins savoir qu’un litchi pas mûr contient une toxine qui empêche la production de glucides par l’organisme. Consommé en grande quantité et sur un estomac vide, le litchi peut ainsi être dangereux, en particulier pour les enfants.


Les raisins

Est-ce qu’il vous est déjà arrivé d’engloutir une énorme grappe de raisins sans vous en rendre compte ? 
Ces petits fruits sont délicieux. On en mange 1, 2, 3,…17,…38,… Bref, vous voyez où je veux en venir. Ces fruits sont toutefois très sucrés, il convient donc de les consommer avec modération.
Etant donné que ce sont une multitude de petits fruits, la surface exposée aux produits chimiques est très importante. Vu qu’on mange la peau des raisins, il est important de bien les laver avant de les manger et si possible de choisir des produits bio.


Les mangues

Populaire pour sa saveur douce et sa texture « crémeuse », la mangue est l’ingrédient phare de nombreux smoothies et desserts. 
Ce fruit contient déjà pas mal de sucre naturellement, il est donc souvent superflu d’ajouter d’autres agents sucrants à vos recettes. 
Ma recommandation consiste simplement à goûter la recette avant d’ajouter machinalement du sucre (peu importe sa forme: sucre de coco, sirop d’agave, etc). 

Nous voilà arrivé au terme de cette première partie de mon article consacré aux fruits sucrés et caloriques.
Vous l’avez compris, mon message est destiné à toutes celles et ceux qui consomment des fruits en très grande quantité en pensant que ce sont des aliments sains et qu’on peut en manger autant que l’on veut. Eh bien, non! Cela ne fonctionne pas ainsi.
Les fruits sont d’excellentes sources de vitamines, de minéraux, de fibres et d’antioxydants. Ces sont des aliments très importants pour notre organisme. 
Consommés en quantité excessive, les fruits peuvent toutefois avoir des effets négatifs sur votre digestion, sur votre glycémie, voire même sur votre poids lorsque l’apport calorique total est trop élevé par rapport à vos besoins. 
La plupart des fruits frais, pas ou peu transformés, ont tout à fait leur place dans une alimentation variée et équilibrée. Il convient simplement de ne pas abuser des bonnes choses et tout se passera bien. 😉
À la semaine prochaine pour la suite de cet article !


Cet article t’a plu ? N’hésite pas à me laisser un commentaire et à le partager ! 


Retrouve encore plus de conseils et d’astuces sur ma chaine YouTube et au quotidien sur Instagram ! Tu peux aussi nous rejoindre dans le groupe facebook maviedecriquet où la Team partage tous les jours ses recettes, conseils et avancés !
À bientôt,
Noémie

Publié le Laisser un commentaire

Le sel, un nutriment essentiel pour la santé

sel mortier cristaux de sel consommation nutrition

Le sel, un nutriment essentiel mais un danger pour la santé

Voilà tout est dit ! Mais vous me direz que ce sont deux choses plutôt contradictoires, non ?
Notre organisme a besoin de sel. Il joue notamment un rôle important dans le fonctionnement de nos systèmes nerveux et musculaire. Une quantité excessive ou insuffisante de sel est toutefois dangereuse pour la santé. 
Pour répondre aux besoins de notre organisme, 4 gr de sel par jour suffisent. Mais ce seuil est rapidement atteint car il y a du sel dans la plupart de nos aliments, même sans ajout…

Comment limiter sa consommation de sel ?

La première piste pour limiter sa consommation de sel consiste bien évidemment à limiter les aliments riches en sel. Il s’agit en particulier des plats cuisinés industriels comme la pizza. Mais il y a aussi la charcuterie, les chips, le fromage, etc. 
Pourquoi ne pas vous remettre à cuisiner par vous-même ? C’est le moyen idéal pour se rendre compte de la quantité de sel que nous utilisons au quotidien (sans nous en rendre compte).
A ce propos, c’est aussi l’occasion de revoir ses habitudes : le réflexe de saler son plat avant de le goûter n’est typiquement pas le meilleur moyen de limiter sa consommation de sel.
Je vous invite instamment à goûter vos plats avant de les assaisonner. Ensuite vous pourriez vous intéresser à différentes alternatives au sel qui vous permettront de relever vos plats de manière saine et variée. 
Vous pouvez par exemple utiliser des épices comme le poivre, le paprika ou le curry. Les herbes aromatiques comme le thym, la ciboulette ou le basilic remplacent aussi avantageusement le sel. Il y a encore plein d’autres substituts possibles au sel: l’ail (frais ou séché), l’oignon, les graines de sésame grillée. Le gomasio, un mélange de graines de sésame broyées et de sel marin, est également une option délicieuse.
Pour ma part, j’adore le paprika fumé. Il apporte une saveur forte mais particulière qui ne se marie pas avec tous les plats. Mais quand le mélange fonctionne, c’est magique ! Essayez avec de l’avocat par exemple. Vous m’en direz des nouvelles !
Pour les enfants, il est possible d’éviter qu’ils développent ce que j’appelle le « goût du sel ». En effet, la préférence pour le salé n’est pas innée, elle s’apprend. Alors il est important de limiter l’ajout de sel dans les plats des enfants. Ils prendront ainsi directement de bonnes habitudes.

Comment réguler sa pression sanguine et améliorer sa santé ?

Il est difficile de surveiller précisément sa consommation de sel. Il peut donc être intéressant d’adopter certains comportements comme faire de l’exercice, manger plus de fruits et de légumes, ou limiter sa consommation d’alcool (si ce dernier sujet vous intéresse, vous pouvez consulter mon article sur ce sujet).
En conclusion, une alimentation saine et équilibrée avec des produits frais cuisinés à la maison répond généralement à tous vos besoins, y compris en sel. Vous pouvez bien entendu vous permettre quelques petits écarts ponctuellement 😉.

Des recettes pour un Apéritif équilibré en sel

Limiter sa consommation de sel en été c’est souvent très compliqué. Avec les apéritifs, les tapas, la charcuterie, on tombe très vite dans la surconsommation de sel 😰. Pour éviter d’être dans l’excès et se faire plaisir quand même, je vous ai composé un carnet de 22 recettes idéales pour un apéritif équilibré ! De quoi profiter avec vos proches de façon saines et gourmandes.

Mes recettes Apéritif Healthy

Cet article t’a plu ? N’hésite pas à me laisser un commentaire et à le partager ! 


Retrouve encore plus de conseils et d’astuces sur ma chaine YouTube et au quotidien sur Instagram ! Tu peux aussi nous rejoindre dans le groupe facebook maviedecriquet où la Team partage tous les jours ses recettes, conseils et avancés !
À bientôt,
Noémie


Pour aller plus loin : le sucre, un autre aliment difficile à doser

Publié le Un commentaire

Perdre du poids après 50 ans ?

L’impact de la ménopause sur votre métabolisme

Pendant la transition vers la ménopause, le niveau d’œstrogène commence à décliner. Les schémas hormonaux sont perturbés, ce qui a un impact négatif sur le métabolisme et peut entraîner une prise de poids. En réalité, de nombreuses femmes remarquent qu’elles commencent à prendre du poids pendant la péri ménopause, qui peut commencer près de 10 ans avant la ménopause à proprement parler (définie comme un cycle de douze mois sans avoir ses règles).

Par ailleurs, le stockage de la graisse se déplace des hanches et des cuisses vers l’abdomen durant cette période. Dans ces conditions, il peut être tentant d’essayer un régime à très basses calories pour perdre ce poids, ou ces nouvelles formes rapidement. Mais c’est en fait la pire chose que l’on puisse faire. Comme votre métabolisme est déjà lent, si vous vous privez, il ralentit davantage.

Les recherches montrent que le fait de limiter les calories à de faibles niveaux entraîne une perte de masse musculaire et une nouvelle baisse du taux métabolique (lien étude).

Ainsi, si les régimes hypocaloriques peuvent entraîner une perte de poids à court terme, leurs effets sur la masse musculaire et le métabolisme rendent par eux-mêmes cette perte de poids difficile et éphémère. De plus, un apport calorique insuffisant et une diminution de la masse musculaire peuvent entraîner une perte osseuse qui peut augmenter votre risque d’ostéoporose.

Contrairement à la réduction drastique de l’apport calorique, des recherches suggèrent qu’une « restriction alimentaire », c’est-à-dire le fait de surveiller la taille des portions, peut être bénéfique pour la perte de poids. Soyez plus malin que votre métabolisme, mangez des petits repas à intervalles réguliers. Vous avez besoin de moins de calories que lorsque vous étiez plus jeune car on ne mange pas de la même façon à 25 ans qu’à 60 ans.

Avec les années, on ne remarque pas toujours aussi vite qu’on a soif. Parfois, la soif se dissimule sous la forme d’une faim. Bien sûr, vous « mangez » naturellement de l’eau grâce à des aliments qui en contiennent beaucoup, comme les légumes et les fruits. Mais il faut quand-même boire environ 1.5l toutes boissons confondues par jour (voir mon article sur ce sujet). Si vous n’êtes pas sûr de boire suffisamment d’eau, vérifiez vos urines : elles doivent être jaune pâle.

Les différentes possibilités pour perdre du poids après 50 ans et pendant la ménopause

Le régime low carbs

De nombreuses études ont montré que les régimes low carbs (régimes faibles en glucides) sont excellents pour perdre du poids.

L’intérêt du low carbs réside dans le fait qu’il n’est pas nécessaire de fortement réduire l’apport en glucides pour produire une perte de poids.

Bien que les femmes ménopausées aient été incluses dans plusieurs études sur les régimes à faible teneur en glucides, les recherches portées exclusivement sur cette population sont limitées.

Dans une étude, un régime fournissant environ 30% des calories provenant des glucides, au lieu de 50-60% habituels, a produit une plus grande réduction de la graisse du ventre et du poids qu’un régime pauvre en graisses après 2 ans (lien étude).

L’alimentation veggie

Les régimes végétariens et végétaliens se sont également révélés prometteurs pour la perte de poids, mais il semblerait qu’une approche végétarienne souple, qui inclut des produits laitiers et des œufs, soit plus efficace.

Le sport

La plupart des gens deviennent moins actifs avec les années. Pourtant, le sport favorise un poids sain. Il entretient votre masse musculaire et protège vos os (sans parler de l’effet positif sur le mental et vos humeurs…).

À cause des changements hormonaux et de l’âge, la masse musculaire diminue au fil des années. L’entraînement avec des poids ou des bandes peut être extrêmement efficace pour stopper ce déclin voire même l’inverser.

Bien que tous les types d’entraînement soient bénéfiques, des recherches récentes suggèrent qu’il est préférable d’augmenter le nombre de répétitions plutôt que de soulever des charges plus lourdes, notamment pour réduire la graisse abdominale (lien étude).

L’exercice aérobique (cardio) est également très utile pour les femmes durant la ménopause car il permet de réduire la graisse abdominale tout en préservant les muscles pendant la perte de poids.

Un mélange d’exercices de renforcement musculaire et d’exercices cardio semble être la meilleure stratégie ! 🙌

L’essentiel pour perdre du poids et être en bonne santé après 50 ans

Bien que la perte de poids puisse être votre objectif principal, il est important que vos efforts ne mettent pas votre santé en danger. Il est également primordial que les changements apportés puissent être maintenus sur le long terme.

Maintenir un mode de vie sain grâce à :

✅ un exercice physique régulier

✅ un sommeil de qualité

✅ une alimentation équilibrée

✅ des portions modérées est un véritable choix de vie

Cette approche va vous aider à paraître et à vous sentir au mieux de votre forme pendant la ménopause et au-delà ! ☺


Cet article t’a plu ? N’hésite pas à me laisser un commentaire et à le partager ! 🤩

Pour plus de conseils et d’astuces tu peux me suivre sur ma chaine YouTube et au quotidien sur Instagram ! Tu peux aussi nous rejoindre dans le groupe facebook maviedecriquet où la Team partage tous les jours ses recettes, conseils et avancés !

À bientôt,

Noémie

Publié le Laisser un commentaire

La cellulite : Mes solutions infaillibles !

cellulite

Quels facteurs influent sur la cellulite ?

La cellulite peut toucher toutes les personnes, quels que soient leur morphologie et leur poids. Mais elle touche davantage les femmes que les hommes en raison de la composition corporelle et des différences de répartition de la graisse, des muscles et du tissu conjonctif. 

On pense que la cellulite touche 80 à 90 % des femmes à des degrés divers. Certaines femmes y sont plus prédisposées que d’autres. Mais la cellulite n’est pas dangereuse.

La cellulite est causée par une accumulation de graisse sous la peau.  La cellulite se produit lorsque la peau recouvrant certaines zones de graisse est tirée vers des tissus plus profonds, par des bandes de tissu conjonctif. Les fibres de collagène entre la peau et le muscle séparent la graisse sous-jacente en plusieurs poches. Cela crée une surface irrégulière.

La quantité de cellulite que vous avez et son degré de visibilité peuvent dépendre de vos gènes, de votre pourcentage de graisse corporelle et de votre âge. L’épaisseur de votre peau influe également sur l’apparition de la cellulite. 

L’âge est également un facteur. La cellulite peut devenir plus visible à mesure que vous vieillissez et que votre peau s’affine et perd de son élasticité.

 

remede cellulite

Y-a-t-il un remède contre la cellulite ?


Les crèmes contre la cellulite

Les traitements à usage local peuvent aider à réduire la visibilité de la cellulite, mais les effets ne sont généralement pas durables. Vous devrez appliquer le produit quotidiennement pour maintenir les résultats. 

Les crèmes sont censées resserrer les pores de la peau, ce qui lui donne un aspect plus lisse et plus ferme. Elles contribuent également à une bonne hydratation, ce qui peut réduire l’apparence de la cellulite.

Cependant, les crèmes ne font pas disparaître la cellulite. Elles ne font qu’en réduire temporairement l’apparence.

Les recherches sur les crèmes anti-cellulite ont donné des résultats mitigés. Une étude (lien) a révélé qu’une crème anti-cellulite présentait des améliorations significatives lorsqu’elle était associée à une hygiène alimentaire adaptée. La crème est censée renforcer les bienfait d’une alimentation équilibrée pour réduire la visibilité de la cellulite.

La caféine est un ingrédient courant des crèmes anti-cellulite. La caféine augmente le flux sanguin vers la zone concernée et agit comme un diurétique. Cela peut modifier la teneur en eau de la graisse et ainsi réduire l’apparence de la cellulite.

Un remède populaire

L’utilisation du marc de café comme exfoliant est un moyen populaire pour raffermir la peau et lutter contre la cellulite. 

Vous pouvez utiliser le marc de café seul ou le mélanger à une huile végétale (par exemple coco ou olive). Frottez doucement le marc sur la zone pendant quelques minutes. Vous pouvez également essayer de laisser le marc sur votre peau pendant 10 minutes avant de le rincer.

Le marc de café est sensé stimuler la circulation sanguine et favoriser le flux lymphatique. Cependant, aucune recherche scientifique ne permet d’étayer ces affirmations.

Mes recommandations

#1 L’alimentation

Vos habitudes alimentaires ont une incidence sur la cellulite. Il est donc important d’avoir une alimentation saine et équilibrée, ce qui aura d’ailleurs des nombreux bienfaits sur votre santé en général. 

Réduisez les aliments transformés et riches en sucre qui peuvent entraîner l’accumulation de toxines et de graisses dans l’organisme.

#2 L’hydratation

La déshydratation peut également rendre la cellulite plus visible. L’eau permet d’éliminer les toxines qui peuvent causer la cellulite. Faites attention à consommer suffisamment d’eau.

#3 L’activité physique

Le sport vous aidera à réduire la graisse corporelle, ce qui rendra la cellulite moins visible. Idéalement, on choisira un programme d’exercices combinant du cardio et du renforcement musculaire . Cela vous aidera à brûler les graisses, à tonifier et à définir vos muscles. Un corps plus musclé aura l’air plus lisse et plus ferme.

En conclusion, il existe différents moyens de réduire naturellement la cellulite avec un petit budget. Par ailleurs, nous sommes presque toutes concernées par la cellulite et cet état de fait devrait à lui seul vous rassurer et vous faire réfléchir avant d’envisager un traitement coûteux, invasif et aux résultats probablement temporaires… Nos petites « imperfections » font notre charme, n’est-ce pas? A bon entendeur, Mesdames 😉

Toi aussi tu cherches à vaincre ta cellulite via des crèmes ou recettes maison ? Mais es-tu sûre que c’est TA priorité ? Le point #1 juste au dessus est ta première solution :
– Nettoie ton corps en profondeur
– Enlève les sucres raffinés de ton alimentation
– Fais-toi plaisir avec des recettes gourmandes et adaptées à cet objectif

Si tu te reconnais là-dedans, je pense que cette vidéo est pour toi !

Tu peux dès maintenant démarrer le challenge détox de 5 jours pour avoir un avant-goût des recettes et conseils que je te donne dans le grand programme (objectif détox : 30 jours ). Rendez-vous -> ICI <-


Cet article vous a plu ? N’hésite pas à me laisser un petit commentaire ou de partager cet article 😉

Pour plus de conseils et d’astuces au quotidien, rejoignez-moi sur Instagram, j’y suis active au quotidien. Sans oubliez la chaîne YouTube qui vous propose de nombreuses petites vidéos.

À bientôt !
@noemienutrition

Publié le Un commentaire

L’intuitive eating : je décrypte le sujet pour toi !

INTUITIVE EATING VIE SAINE

Parlons aujourd’hui de l’intuitive eating.

Avec l’alimentation intuitive, l’idée est de manger lorsque l’on a faim et de s’arrêter lorsque l’on est rassasié.

L’alimentation intuitive est un style d’alimentation qui favorise une attitude saine envers la nourriture et son image corporelle. 

Aussi alléchant que ce principe puisse paraître, ce n’est malheureusement pas aussi simple à mettre en pratique.

En effet, il est souvent nécessaire de réapprendre à faire confiance à son corps pour pouvoir manger de manière véritablement intuitive. 

Une distinction est essentielle entre la faim physique et la faim émotionnelle :

  •  La faim physique est un besoin biologique. Elle s’installe progressivement et se manifeste par différents signaux, tels qu’un estomac qui gargouille, la fatigue ou l’irritabilité. On satisfait notre faim avec un repas. Tout comme notre corps nous dit quand il a faim, il nous dit aussi quand il est rassasié.
  •  La faim émotionnelle est, quant à elle, motivée par un besoin émotionnel. La tristesse, la solitude ou l’ennui sont quelques-uns des sentiments qui peuvent créer des envies de nourriture. Manger provoque ensuite généralement un sentiment de la culpabilité.

L’alimentation intuitive nous invite à prendre conscience des moments où une sensation de faim est en fait basée sur une émotion et nous encourage à trouver des moyens sans rapport avec la nourriture pour faire face à nos émotions, comme faire une promenade, méditer, tenir un journal ou parler avec un proche.

L’alimentation intuitive repose sur le principe que les régimes n’offrent pas une réponse satisfaisante et qu’un changement de mode de vie est plus important pour la santé à long terme. 

Elle est en quelque sorte un « anti-régime ». Elle cherche aussi à casser certains schémas que l’on a appris depuis l’enfance, comme par exemple le fait d’être obligé de terminer son assiette ou de manger parce que c’est l’heure.

En résumé qu’est-ce que l’intuitive eating ?

Si je devais résumer en quoi consiste l’alimentation intuitive, je retiendrais les sept points suivants qui permettent de bien en comprendre l’esprit :

manger intuitivement#1 La nourriture n’est pas une fin, c’est un moyen. Elle n’est ni bonne ni mauvaise. Et ce que vous mangez ou ne mangez pas ne fait pas de vous des bonnes ou des mauvaises personnes.

#2 Répondez aux premiers signes de faim en mangeant. Si vous vous laissez aller à une faim excessive, vous risquez de trop manger.

#3 Déterminez si l’envie de manger résulte d’une émotion (joie, colère, tristesse, etc). Le cas échéant, essayez de répondre à cette émotion par un moyen sans rapport à la nourriture.

#4 Faites en sorte que votre expérience alimentaire soit agréable. Vous constaterez qu’il faut moins de nourriture pour vous satisfaire.

#5 Soyez à l’écoute des signaux de satiété. Lorsque vous sentez que vous avez assez mangé, arrêtez.

#6 Ce sont vos habitudes alimentaires générales qui déterminent votre état de santé et votre physique. Un écart ponctuel ne va pas remettre en question toute votre hygiène de vie.

#7 Ne vous focalisez pas uniquement sur la perte de poids mais sur le fait de vous sentir bien, en énergie, vivant.

Les recherches scientifiques  sur le sujet sont encore en pleine expansion et se sont surtout concentrées sur les femmes.

L’intuitive eating : vers un mode de vie plus sain ?

Jusqu’à présent, les études ont établi un lien entre l’alimentation intuitive et une attitude psychologique plus saine. En revanche, aucun lien n’a été établi avec une perte de poids (lien étude).

Le principal avantage de l’alimentation intuitive est vraiment l’impact sur la santé psychologique. Les participants aux études ont amélioré leur estime de soi, leur image corporelle et leur qualité de vie globale, tout en souffrant moins de dépression et d’anxiété.

Tout le monde peut potentiellement bénéficier de certains aspects de l’alimentation intuitive. Elle peut être particulièrement utile pour les personnes qui ont du mal à écouter les signaux internes de leur corps, notamment les personnes ayant des antécédents de régimes chroniques.

Mais je relève également que l’alimentation intuitive ne conviendra pas à tout le monde. Elle nécessite une phase d’apprentissage qu’il ne faut pas négliger. En effet, on n’arrive pas à maîtriser ses émotions du jour au lendemain simplement parce qu’on l’a décidé. On ne bouleverse pas non plus une vie d’habitudes sans conséquence. 

Il faut apprendre à manger différemment, il faut renoncer à vouloir tout contrôler, il faut se construire une nouvelle image de soi. Ce sont des changements importants qui prennent du temps et qui demandent parfois un accompagnement professionnel. 

Sur les sept principes de l’intuitive eating, je vous recommande ainsi de mettre de côté le point #2 et de vous concentrer d’abord sur les six autres. Ensuite, vous pourrez essayer d’introduire progressivement le point #2 après avoir bien intégré les principes d’une alimentation équilibrée et atteint une compréhension suffisante de vos émotions. 

A titre personnel, je partage une grande partie des recommandations de l’alimentation intuitive. Je pense qu’on a tout à gagner de vouloir se libérer des dogmes de l’industrie alimentaire et de se ré-approprier notre alimentation. 

En revanche, mon expérience tant professionnelle que personnelle me pousse à émettre certaines réserves contre le fait manger dès qu’on en ressent l’envie (le fameux #2). 

Notre organisme fonctionne grâce à des habitudes qui se répètent selon un certain rythme. Notre corps est aussi une machine à émotions. Nous devons respecter tout cela. 

Pour de bonnes et de mauvaises raisons, l’alimentation est fortement liée à nos émotions. A mon avis, il est par conséquent extrêmement difficile de garder un équilibre alimentaire sans un certain cadre. 

En conclusion, l’alimentation intuitive nous a montré qu’il existe une voie différente du contrôle maladif de la prise alimentaire et du comptage des calories. Une voie dans laquelle on peut se relâcher et s’épanouir.

L’intuitive eating c’est aussi le sujet de ma dernière vidéo !!


Cet article vous a plu ? N’hésite pas à me laisser un petit commentaire ou de partager cet article 😉

Démarre mon challenge du printemps ! Si tu n’as pas le tiens, il est encore temps !

Challenge printemps - ebook recettes

De plus, retrouvez dans la boutique des cahiers de recettes complets. Et pour plus de conseils et d’astuces au quotidien, rejoignez-moi sur Instagram, j’y suis active au quotidien. Sans oubliez la chaîne YouTube qui vous propose de nombreuses petites vidéos.

À bientôt !
@noemienutrition